Logo Pompes funèbres lyon
04 78 70 13 90 24h/24 - 7j/7
Logo Pompes funèbres lyon
69004 Lyon 99 Grande rue de la Croix Rousse
Actualités funéraires pompes funèbres Lyon : La canicule

Suite à l’annonce de la ministre de la Santé Marisol Touraine lors d’une conférence de presse sur le bilan de la canicule, on apprend que la surmortalité a « été limitée » cette année. Quel impact de cet épisode de chaleur pour les pompes funèbres ? Contrairement à ce qu’on pourrait penser, celles-ci n’aiment pas les périodes de canicule. La mort, c’est leur « gagne-pain ». Donc plus de morts égal plus de rentrées d’argent ? Pas forcément.

La suractivité des pompes funèbres

Une canicule meurtrière comme celle de 2003 (plus de 15 000 décès il faut le rappeler) augmente bien évidemment l’activité des pompes funèbres. Mais cette suractivité ne va durer que quelques jours. Tout est fait dans l’urgence : les employés des pompes funèbres doivent répondre le plus rapidement possible aux demandes des familles, quand il y en a, et ces dernières choisissent dans la précipitation le cercueil ou l’urne. De leur côté, les porteurs et les convoyeurs doivent exercer sous une chaleur caniculaire. En plus de cette suractivité, les pompes funèbres connaissent une explosion des coûts d’organisation.

Les employés des pompes funèbres sont comme tout le monde et ont, eux aussi, le temps et l’envie de partir en vacances. Du coup, il peut y avoir également un manque de personnel en période estivale pour gérer l’afflux de corps et des familles endeuillées.

Les morts en plus d’aujourd’hui sont des morts en moins de demain

Une canicule comme celle de 2003 conduit évidemment à une hausse du nombre de décès qui pourrait être bénéfique à l’activité des pompes funèbres. Mais les personnes décédées pendant la canicule sont des personnes vulnérables qui seraient décédées les années suivantes. On voit d’ailleurs sur le graphique que l’année de la canicule a été suivie par quatre années où le nombre de décès a été significativement inférieur à la moyenne.

Les Français sont mieux préparés à la canicule

D’après les sociétés de pompes funèbres pendant la canicule de 2003 « personne n’avait pris au sérieux les recommandations données. Du coup, beaucoup de personnes ont malheureusement succombé aux chaleurs. »

Selon une étude réalisée par comitam-obseques.com, sur 20 000 personnes âgées de plus de 18 ans comptant parmi leurs proches des personnes de 60 ans et plus, 89,59% affirment avoir pris des dispositions particulières pour les soutenir pendant l’épisode récent de canicule. Les plus souvent adoptées sont l’incitation à boire de l’eau (95,55%) et des appels réguliers (68,66%). Par contre, l’incitation à prendre des bains frais ou des douches le plus souvent possible (3,77%) et l’incitation à sortir uniquement dans des lieux climatisés (6,51%) ne font pas encore partie des réflexes des Français en cas de canicule.

Les Français sont donc désormais beaucoup mieux préparés et plus conscients des dangers de la canicule, ce qui limite les conséquences sanitaires liées à un tel épisode de chaleur, en particulier le nombre de morts.

D’ailleurs, la canicule n’aura pas été une vague aussi meurtrière qu’en 2003 :en 2015, il y a eu 700 décès supplémentaires sur la période du 29 juin au 5 juillet par rapport à une période sans vague de chaleur, soit une surmortalité de 7% (contre 55% en 2003)

Pour plus d'informations, contactez-nous en composant le 04 78 70 13 90.
Besoin d'un renseignement ?